Le bureau de proximité comme troisième voie… Entre le télétravail pur et dur et le présentiel sur site qui proposent tous les deux leurs avantages et inconvénients, le bureau de proximité commence à faire son apparition, particulièrement depuis la pandémie due au coronavirus.

Nous les appelons généralement un bureau de passage ou un bureau de proximité. Il n’aura échappé à personne que le télétravail est devenu une véritable tendance dans la vie de bureau depuis que le coronavirus a fait irruption dans nos vies respectives.

Pour bon nombre d’entre nous, l’organisation professionnelle en a été bouleversée, notamment pendant le confinement où le télétravail est devenu en quelque sorte la norme. Plus question de prendre les transports pour rejoindre son lieu de travail. Terminé le café du matin avec son collègue préféré devant la machine. Au revoir la pause déjeuner avec ses collègues, à l’extérieur, dans une salle de réunion réquisitionnée à l’improviste ou autre local s’y prêtant.

De nouveaux besoins pour répondre au télétravail

Beaucoup de cadres sont ainsi chez eux pendant deux mois, s’épargnant pour certains des heures de transport et, parfois il faut bien le dire, des réunions peu productives à n’en plus finir. En contrepartie, ces mêmes salariés ont hérité d’un lieu de travail parfois inadapté à leurs besoins, d’un compagnon ou d’une compagne parfois envahissant, voire, pire, de la garde de leurs enfants !

 

Une femme travaille en home office avec son enfant.

 

Cette période a toutefois eu le mérite de remettre en questions certains principes qui semblaient établis quant au cadre professionnel de chacun. Et il existe peut-être une troisième voie à emprunter pour contenter tous les salariés et élargir encore l’offre qui consistait à choisir entre télétravail et présentiel.

Le coworking, l’une des solutions

Cette troisième voie est donc les tiers lieux, dits aussi bureaux de passage ou bureaux de proximité. Des bureaux généralement loués par l’entreprise, qui vous emploie, à proximité de votre lieu de vie et plus proche que l’habituel siège social dans lequel vous vous rendiez par exemple tous les matins… Ce bureau est variable, modulable. Ce peut-être dans un hôtel, dans un espace de coworking d’un centre d’affaires, un restaurant ou dans tout autre lieu de vie qui se prêterait à une activité professionnelle.

Le bureau de proximité pour améliorer votre productivité

Ils sont une réponse au double défi de la réduction des temps de déplacement et des émissions de carbone : les bureaux sont plus proches du domicile des employés car ils sont situés en périphérie des grandes villes, ce qui réduit les temps de déplacement et donc la consommation d’énergie. Les employés ont donc plus de temps pour eux et leur famille, et leurs activités sont moins dommageables pour la planète.

 

Vous pouvez aussi louer une salle de réunion dans un bureau de proximité.

 

Les bureaux de passage présentent également l’avantage supplémentaire d’employés qui se déplacent tout en restant à proximité de leur domicile. C’est l’un des problèmes du télétravail propre : dans le télétravail, certains employés sont démotivés lorsqu’ils se trouvent dans un espace peu propice à la concentration en raison des enfants, par exemple, ou d’une grande promiscuité dans une maison trop petite. Ainsi, certaines grandes entreprises envisagent des solutions mixtes basées sur 3 options : réunions en présentiel, bureaux locaux , tiers-lieu donc, et télétravail.

Plus qu’une tendance, l’avenir !

Des entreprises ont déjà sauté le pas ! Un grand groupe du CAC 40 envisage d’offrir à ses salariés une douzaine de bureaux dans tout Paris avec des bureaux temporaires sur des étages de 200 m2. Des plus petites également, comme Wizi. Son CEO Julien Lozano l’expliquait il y a quelques jours dans les colonnes du Parisien : « Il y a eu un consensus pour abandonner nos bureaux, à continuer en télétravail et à se retrouver ponctuellement dans des endroits loués à la journée ». « Tout le monde va chercher à gagner des mètres carrés« , résumait quant à lui Gilles Betthaeuser, président de Colliers International, toujours dans les colonnes du quotidien régional.